18.08.20

Quand Jeny et Anaé dansent pour la diversité

Jeny Bonsenge and her student Anae

La danseuse belge d’origine congolaise Jeny Bonsengue (@jenybsg), 26 ans, et sa toute jeune élève Anaé Romyns (@anae2mad), 10 ans, tutoient les étoiles depuis la diffusion d’une de leurs performances sur les réseaux sociaux en octobre dernier. Trois mois plus tard, elles recevaient ensemble le Lobby Award 2019 du buzz de l’année.

La vidéo en question n’était pas la première de ce duo improbable. La chorégraphie, décoiffante, était exécutée sur La Kantagaise, un titre du DJ congolais Samarino.

De Bruxelles à LA
Ce jour-là, Jeny fêtait l’inauguration de l’Afrohouse Belgium, son école de danse qui accueille tous les mercredis, dans un entrepôt du centre bruxellois, des élèves de toutes origines. Ambassadrice pétulante et talentueuse de l’Afrique, Jeny distille sa joie de vivre dans son travail, heureuse de contribuer à faire découvrir sa culture. Mais le succès pour le moins inattendu de son duo avec la petite Anaé suscite autant de critiques que de louanges. Et pour cause, leurs différences dérangent : l’une est adulte, l’autre encore une enfant ; l’une est noire, l’autre blonde…
N’en déplaise aux mauvaises langues, les deux danseuses continuent d’afficher leur évidente complicité, fières d’incarner la tolérance et la diversité. Le crédo de Jeny : « L’amour n’a pas de couleur ». Une phrase qu’elle a répétée sur le plateau du show d’Ellen Degeneres aux États-Unis, le 1er novembre 2019, deux semaines – et déjà 16 millions de vues – après la diffusion de la vidéo que nous avons évoquée. À l’origine de cette invitation, une recommandation de Meghan Markle en personne ! En plus du voyage, la célèbre présentatrice leur a offert un chèque de 10 000 $ (9 000 €) à chacune au terme d’une prestation qui a enflammé l’ensemble du studio.

La danse pour vocation
Primée meilleure danseuse afro de Belgique en 2018, Jeny compte déjà plus de douze ans de carrière à son actif ; sa passion, elle s’est battue pour la vivre et pour en faire son métier. Déterminée à tirer le meilleur parti de sa notoriété, désormais internationale, elle poursuit sur sa lancée. Dernières apparitions remarquées : lors du NBA Paris Game 2020 en janvier de cette année et, un mois plus tard, aux côtés de l’artiste Robinio Mundibu en première partie du fameux Fally Ipupa.
En dehors de son école de danse, et d’autres opportunités professionnelles qui ne manqueront pas de se présenter à elle, Jeny se concentre sur son projet caritatif Dance4 kids à destination des enfants issus de milieux défavorisés en Afrique et ailleurs. À suivre donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *